Cinquième congrès EDiLiC Rennes (France),  9-11 juillet 2014

Éducation, diversité linguistique et culturelle, langues minorisées

 

Lors de ce 5ème congrès international, EDiLiC a notamment abordé la thématique des Approches purielles comme une pratique possible pour gérer certains enjeux sociolinguistiques et éducatifs de l’enseignement, tels que la prise en compte des langues minorisées.

Voir le site

 

Description du thème du congrès

L’organisation en Bretagne du 5e congrès EDiLiC a fourni l’occasion de croiser la problématique de l’éveil aux langues avec un questionnement plus ciblé autour des langues que nous appelons ici minorisées pour insister d’emblée sur un processus qualitatif. On a ainsi traité de finalités éducatives, d’approches didactiques, de perspectives plurilingues et plurielles renouvelées, de stratégies militantes et institutionnelles d’enseignement et d’éveil aux langues en général et plus spécifiquement à propos de langues minorisées, de discriminations linguistiques et culturelles, de stratégies novatrices de formation des enseignants et de nouveaux outils et pratiques didactiques suscités par cette perspective, etc.

 

Fidèle à son objectif d’associer recherche scientifique et témoignages réflexifs des acteurs directs de la formation, production de savoirs et production d’outils, le congrès a accueilli tout autant des recherches universitaires notamment des recherches-actions, que des comptes rendus d’expériences de terrain. 

 

En lien avec ce questionnement complexe, les propositions ont été articulées autour de 3 grands axes :

Axe 1 - enjeux sociolinguistiques, politiques linguistiques et situations de minoration

Le concept de langue minorisée : définition ; terminologie ; enjeux glottopolitiques.

Quelles finalités pour des politiques linguistiques de diversification? Quelle éducation à la diversité linguistique et culturelle et quelle diversité linguistique et culturelle de l’éducation ?

Quelles langues enseigner à l’École ? Quelles variétés / variations linguistiques et culturelles intégrer en fonction des contextes ?

Quelle place dans les programmes éducatifs pour les variétés linguistiques et culturelles minorisées ? Faut-il privilégier des politiques linguistiques éducatives de « discrimination positive » ou de « promotion protégée » ?

Comment l’École peut-elle prendre en compte les enjeux éthiques, politiques, sociaux mais aussi éducatifs et didactiques des rapports d’hégémonies, de dominations, d’inégalités, d’exclusions, d’altérophobies qui caractérisent les situations de minorisation ?

Quelles stratégies pour les normes entre, par exemple, normativisation (modèle catalan) ou polynomie (modèle corse) ?

 

Axe2 - perspective didactique et pratiques éducatives : approches plurielles, éveil aux langues et langues minorisées

Comment les « approches plurielles » (et en particulier l’éveil aux langues) peuvent-elles intégrer la problématique de la « minorisation » ? Sous quelles formes et modalités inclure les langues et cultures minorisées ? Quelles variétés linguistiques et culturelles, quel projet, quels dispositifs d’interventions, quelles stratégies, quels supports didactiques, mettre en œuvre pour favoriser l’éveil aux langues et en particulier la prise de conscience des phénomènes d’exclusion et de hiérarchisation des langues et des cultures ?

Quelles synergies et complémentarités mettre en place entre l’éveil aux langues, l’enseignement de langues particulières de tout statut (langues étrangères, langues régionales, langues d’origine …) et les autres apprentissages (langagiers ou non) à l’École ? Quelle place pour les langues minorisées dans les différents enseignements langagiers et dans les enseignements des disciplines dites « non linguisiques » ?

 

Axe 3 - formation des enseignants : approches plurielles, éveil aux langues et place des langues minorisées

Comment intégrer la problématique de la minorisation, de la stigmatisation et de l’exclusion dans la formation initiale et continue des enseignants, y compris par des formations à l’éveil aux langues et aux approches plurielles ?

Quels rapports entre des dimensions collectives et individuelles ? Quelle place aux différents acteurs (enseignants, élèves, parents, direction d’école, etc.) pour proposer un espace de changement de rapports ?

Comment faire une place aux langues minorisées ? Quels sont les principaux défis, tensions, contraintes, obstacles et conditions favorables à l’introduction de l’éveil aux langues et des langues minorisées? Comment faire évoluer les conceptions et les pratiques des étudiants et des enseignants?

Comment faire connaitre les apports de la recherche et les innovations dans le domaine du plurilinguisme et de la valorisation des langues et cultures minorisées? Avec quelles méthodologies, quelles stratégies, quels outils ?